Comment économiser sur sa facture de chauffage?

Système de chauffage

Parmi les dépenses que les ménages à revenu modeste peuvent s’éviter, il y a l’achat d’une automobile et son dispendieux entretien. Il y a également les soirées dans les restaurants de luxe et les voyages en Floride, l’hiver, histoire de fuir la neige quelques semaines. Le chauffage, malheureusement, n’est pas une dépense qu’on peut chasser du revers de la main! Au Québec, avec les hivers que nous connaissons, les frais peuvent tourner aux environs de 1 906$ par année selon une statistique fournie par Meteomedia. Pour un ménage qui vit de l’aide sociale, inutile de dire que cette bouffée de chaleur occupe une partie beaucoup trop importante du budget familial!

Bien qu’il ne soit pas possible de faire des miracles pour éliminer ce coût récurrent, on peut au moins faire la lutte au gaspillage grâce à quelques mesures. C’est ce que nous chercherons à faire aujourd’hui grâce à quelques petits conseils qui vous seront bien utiles pour préparer votre prochain hiver.

 

Garder le contrôle de ses rideaux

C’est un geste très simple que beaucoup de ménages vont malheureusement négliger. Ouvrez TOUS les rideaux et les stores de votre maison pendant la journée, sauf peut-être ceux de la salle de bain si c’est inapproprié, afin de permettre aux rayons du soleil de pénétrer les pièces et de vous apporter leur chaleur providentielle. Pendant la soirée et la nuit, d’un autre côté, les ondes de chaleur vont réussir à s’enfuir plus facilement si vous ne fermez pas les fenêtres : prenez donc le temps de tous les fermer.

Un entretien… périodique

Il faut avoir une attitude équilibrée en regard de l’entretien de sa fournaise ou de sa thermopompe.

D’un côté, ceux qui feront venir le technicien une fois aux 10 ans pour ne pas trop payer risquent d’en faire les frais d’une autre façon! D’abord, avec les bris plus fréquents, il faudra quand même faire venir le réparateur d’urgence pour changer les pièces brisées et rétablir le chauffage. La durée de vie de la thermopompe sera réduite puisque l’appareil, encrassé et avec des pièces qui vieillissent, se dégrade beaucoup plus vite. Il faudra ainsi payer le prix d’un système de chauffage complet à tous les 10 ans au lieu, par exemple, d’à tous les 15 ans. Enfin, une thermopompe qui n’est jamais entretenue va consommer un peu plus de combustible, alors votre facture va grimper progressivement au fil des années.

D’un autre côté, ceux qui tentent de vous vendre un plan d’entretien annuel poussent le bouchon un peu trop loin. Après tout, le technicien qui nettoie vos filtres, les condensateurs et tout le reste ne travaille pas gratuitement. D’ailleurs, comme l’explique l’entreprise THERMACO (voir au http://www.climatisationthermaco.com/thermopompe/), il n’y a pas tant de gestes à poser lors de l’entretien des systèmes résidentiels, alors ce n’est pas un péché d’espacer les visites aux deux ou aux trois ans. Discutez avec le commerçant pour obtenir son avis sur le sujet (chaque marque a peut-être ses spécificités) mais laissez également le gros bon sens mener votre décision.

Les thermostats électroniques

Les thermostats mécaniques ont un défaut important au niveau de la précision. Si vous demandez de chauffer la pièce à 21 degrés, il se peut que la fournaise ne cesse de chauffer que lorsque le mercure grimpera à 24 degrés. Il y aura alors une combustion inutile qui vous fera perdre quelques sous, et, en accumulant ces erreurs de calibration sur un hiver, il se peut que vous dépensiez jusqu’à 10% en trop sur votre facture de chauffage.

Avec les thermostats électriques, attendez-vous à ce que la température demandée soit la température obtenue, avec un jeu de peut-être 1 degré environ. Il y a un autre avantage non-négligeable à cette technologie : il est possible de moduler la température de l’appartement selon l’heure de la journée, voire même de chauffer certaines pièces et d’en laisser d’autres à une température plus faible, si elles ne sont pas régulièrement habitées par exemple. Pourquoi garder l’appartement à 22 degrés la nuit alors que vous dormez et que vous n’avez pas besoin d’un tel confort? Il y a une fenêtre de 6 à 7 heures où vous pouvez baisser le mercure et faire des économies.

Améliorer l’étanchéité du bâtiment

Les courants d’air qui entrent votre demeure et les pertes de chaleur sont des ennemis qu’il faut chercher à combattre à tout prix. Commençons d’abord par rappeler quelles sont les principaux éléments à surveiller :

  • Les portes
  • Les fenêtres
  • Les trappes d’accès au toit, s’il y a lieu
  • Les fondations (lorsqu’elles sont fissurées)
  • Les prises de courant
  • La cheminée
  • Les autres entrées d’air (par exemple, la sortie d’air de la sécheuse)

Les mesures à appliquer pour améliorer l’étanchéité sont nombreuses et vous pourriez les identifier plus facilement en faisant appel à des organismes qui vous offrent une évaluation gratuite de la performance énergétique du bâtiment. Au Québec, par exemple, le programme Éconologis est idéal car il permet aux ménages à revenu modique de recevoir une visite d’évaluation gratuite à la maison.

Sinon, en gros, des actions comme le calfeutrage des fenêtres (il existe des produits assez abordables sur le marché) ou la pose d’une pellicule de plastique permettront de rescaper vos vieilles fenêtres. Ensuite, il faudra détecter les infiltrations d’air et chercher à les combler dans la mesure du possible.

Les mesures plus drastiques

Ceux qui ont un budget conséquent à consacrer à l’efficacité énergétique auront accès à une panoplie de mesures pour améliorer leur situation. Le changement d’un vieux système de chauffage pour passer au chauffage biénergie ou à la géothermie peut être rentable à long terme, même si, au départ, c’est un montant très conséquent qu’il faut débourser.

La biénergie, d’abord, permet d’utiliser deux systèmes de chauffage en alternance selon la température extérieure. Lorsque le mercure se situe au-dessus de -15 degrés Celsius, on fait appel à un système de chauffage électrique, qui est plus économique et meilleur pour l’environnement. Quand il faut trop froid, on fait alors appel à la fournaise, ce qui permet de décharger le réseau de centrales électriques d’Hydro-Québec. L’organisme vous facture un prix plus bas pour l’électricité mais, en échange, vous payez un prix astronomique pour utiliser de l’électricité quand il fait très froid. Au total, toutefois, c’est rentable.

La géothermie, quant à elle, demande un investissement allant de 25 000$ à 35 000$ pour une maison de type unifamiliale. Cette technologie permet d’augmenter la valeur de la maison de façon appréciable et elle se rentabilise peut-être en 10 à 20 ans, mais bon, ce n’est pas accessible à la majorité des gens.

Enfin, si vous voulez faire d’une pierre d’un coup et allier esthétique et économies, vous pourriez regarder pour ajouter un puits de lumière à votre salle de bains. C’est une ouverte qui se pratique dans le plafond et qui ressemble un peu à une fenêtre. Étant directement branchée sur le soleil, elle laisse entrer la lumière naturelle et donc les rayons providentiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *