Taxe d’habitation : comment expliquer les variations d’une commune à l’autre ?

La taxe d’habitation, un élément important du budget logement des Français, accentue de plus en plus les inégalités entre les communes françaises. C’est d’ailleurs l’un des impôts les plus mal-aimés des Français puisqu’il est souvent la goutte d’eau qui fait déborder le vase dans les ménages. Qu’est-ce qui expliquerait un tel écart ?

une variation parfois conséquente

Alors que la taxe d’habitation vient s’ajouter aux charges ou aux remboursements d’emprunt, voilà qu’elle varie d’une commune à une autre du simple au triple selon l’enquête de la Confédération générale du logement (CGL). A Paris par exemple, elle est limitée aux environs des 450 € alors qu’elle monte à un peu plus de 630 € à Annecy (Haute-Savoie).

Elle atteint même plus de 1000 € dans d’autres villes comme à Bordeaux avec 1100 € et même à plus de 1140 € à Amiens (Somme). Son taux est donc extrêmement variable avec un fossé de 57,78 points entre les deux taux extrêmes : 3,25 % et 61,03 % toujours selon l’enquête de la CGL.

Pourquoi un tel fossé ?

D’après la CGL, il y a deux raisons principales qui expliquent cet écart considérable. En premier lieu, la taxe d’habitation est calculée en fonction de la valeur locative cadastrale du logement. Aujourd’hui, les critères font que la taxe d’habitation pour un HLM récent soit plus élevée que celle d’un appartement ancien dans un immeuble haussmannien d’un quartier chic de la capitale. Et pourtant, plus il y a de HLM dans une ville, plus le taux est encore plus fort.

En second lieu, l’étude a démontré que la richesse d’une commune ou communauté d’agglomération s’accompagne d’un taux de taxe d’habitation relativement plus faible par rapport à la moyenne nationale. Sur les 24 départements les plus riches de France, 18 ont un taux inférieur à 21 %. Autrement dit, plus les salaires sont hauts, plus le taux est bas.

Par conséquent, les collectivités qui ont de maigres recettes sur les entreprises, un fort ratio de logements sociaux ainsi qu’un faible pourcentage de ménages imposés, imposent des taux élevés par rapport à la moyenne nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *